TD.01.a : définir le REMC

1.  L’ENVIRONNEMENT DE LA SÉCURITÉ ET DE LA CONDUITE ROUTIÈRES


1.1. Politique de la sécurité et de la conduite routières
1.1.1. Le REMC
Présentation et intérêt
Cette 1ère partie du programme traite :
- du référentiel des programmes d’éducation routière,
- du concept de compétence.
Elle présente :
- le modèle hiérarchique d’analyse du comportement du conducteur,
- synthétisé dans la matrice GDE.
Pour traiter de cette partie du programme, 3 TD sont proposés :
- TD.01.a : définir le REMC
- TD.01.b : appréhender le concept de compétence introduit dans le REMC
- TD.01.c : avoir des notions sur le modèle hiérarchique du comportement du conducteur et la matrice GDE.

Évaluation préalable

1. Pensez-vous disposer de connaissances de base dans ce domaine du programme ?

  • OUI
  • NON

Question choix unique sans titre

  • OUI
  • NON

3. Si oui, indiquez-le :

4. Connaissez-vous la signification du sigle PNF ?

  • OUI
  • NON

5. Si oui, indiquez-le :

Question ouverte sans titre

Autoévaluation

Pensez-vous avoir :

  • fgh
  • dfhg
  • fdhg

Questions de compréhensions

Documents de référence

RÉFÉRENTIEL POUR L’ÉDUCATION À UNE MOBILITÉ CITOYENNE
« Introduction générale (extrait de l’arrêté paru au J.O. du 13/05/2013)

Accéder à l’usage de la route nécessite une démarche éducative exigeante dont les enjeux en termes
de sécurité routière sont de première importance.

Dans le cadre des objectifs de sécurité routière fixés au niveau européen, la France a obtenu une baisse
significative de la mortalité routière. Toutefois, compte tenu du nombre encore important de victimes
sur les routes, l’effort engagé doit être poursuivi, notamment par le renforcement de l’éducation.

Ainsi, de grands enjeux éducatifs portent particulièrement sur :
– l’accidentalité des jeunes de 14 à 25 ans ;
– l’accidentalité liée à l’usage de deux-roues motorisés ;
– la sécurité des usagers vulnérables ;
– la lutte contre l’usage de substances psychoactives associé à la mobilité ;
– la poursuite de la baisse des vitesses moyennes enregistrées ;
– la mobilité durable et citoyenne ;
– le risque routier professionnel ;
– le vieillissement de la population.

L’évolution des connaissances, des comportements et du contexte sociétal dans le domaine de l’insécurité routière justifie un référentiel de compétences qui constitue le socle commun de tout programme d’éducation et de formation.

Le référentiel pour l’éducation à une mobilité citoyenne concerne principalement les enseignants qui, de l’âge de la maternelle à la phase de l’après-permis, peuvent participer de près ou de loin à l’éducation de l’usager.

Il s’agit donc de pédagogues de l’éducation nationale, de différents milieux associatifs et parascolaires,
et des professionnels de l’enseignement de la conduite et de la sécurité routière.

L’objectif général est d’amener tout usager de la route à la maîtrise de compétences en termes de savoir-être, savoirs, savoir-faire et savoir-devenir.

Ce référentiel se veut une vue d’ensemble, aussi exhaustive que possible, des compétences qu’un usager
responsable doit acquérir. Les étapes d’acquisition de ces compétences sont définies dans des programmes spécifiques d’éducation, de formation ou de sensibilisation.

Dans le présent référentiel, on entend par le terme : « compétence » « [...] la mobilisation ou l’activation
de plusieurs savoirs, dans une situation et un contexte donnés [...] » (Le Boterf, 1995) et « [...] un ensemble
stabilisé de savoirs et de savoir-faire, de conduites types, de procédures standards, de types de raisonnements [...] » (De Montmollin, 1984).

En matière d’organisation pédagogique, l’approche par compétences intègre et complète la pédagogie par objectifs (PPO) afin de mettre en synergie les domaines didactiques, de donner du sens aux apprentissages et de pérenniser les acquis.

L’approche par les compétences fait référence à la matrice GDE (Goals for Drivers’ Education).
En effet, plusieurs pays européens ont déjà amélioré, sur ce principe, leur système de formation et d’examen.

Celle-ci est reconnue par l’ensemble des experts et acteurs de la formation travaillant dans le champ
de l’éducation routière en Europe comme permettant d’impulser une modification en profondeur
des démarches éducatives visant à réduire le risque accidentel des usagers de la route.

Ce référentiel s’articule autour de quatre compétences globales :
– assumer personnellement ses responsabilités citoyennes, juridiques et sociales ;
– utiliser un véhicule à moteur de façon autonome, rationnellement et en sécurité ;
– préparer ses trajets et conduire le véhicule dans les situations de circulation simples ou complexes ;
– prendre en compte les facteurs entraînant une dégradation du système homme-véhicule environnement, prendre les décisions qui permettent d’y faire face, mettre en œuvre les mesures préventives.

Ces compétences présentent des éclairages différents et complémentaires de l’usage de la route avec
des énoncés d’objectifs pédagogiques dans les domaines didactiques classiques : cognitif, psychomoteur, sensorimoteur et socioaffectif.

Les sous-compétences associées n’ont pas été définies en termes d’objectifs afin de préconiser et de permettre leur traitement à tous les niveaux de la matrice GDE.
Pour chaque apprentissage, les critères et indicateurs de performance sont définis dans les programmes de formation spécifiques par le système formation/évaluation.
Les enseignants abordent les niveaux supérieurs de la matrice GDE concernant les projets et aptitudes à la vie, les objectifs et intentions en matière de conduite automobile ainsi que le contexte social dans lequel s’exercent la conduite et les déplacements. Ils transmettent les connaissances et les capacités nécessaires à développer. Les items travaillés concernent les objectifs existentiels, le style et les conditions de vie, les valeurs personnelles, la connaissance de soi, l’estime de soi, la maîtrise de soi et de ses émotions, l’égocentrisme, la recherche de sensations et les conduites à risque, la résistance à la frustration, le rôle de l’exemplarité, la préparation des déplacements, les pressions sociales et l’influence des pairs, le rapport aux groupes, le rapport à la règle, la capacité attentionnelle, l’autonomie et la prise de décision, l’autoévaluation, etc. Dans le cadre du présent référentiel, les méthodes, moyens et cheminements pédagogiques sont librementchoisis par l’enseignant et adaptés à chaque apprenant.

1. Quel est l’objet principal du REMC ?

2. Quel est l’enjeu du REMC ?

3. À qui s’adresse principalement le REMC ?

4. Le REMC présente une liste de ........................................... que l’usager responsable doit acquérir.

5. L’approche par les compétences s’oppose-t-elle à la pédagogie par objectif ? Si oui en quoi ?

Quelle est la différence, citée dans le texte, entre les domaines didactiques classiques de la Pédagogie par objectif et de l’approche par les compétences ?

7. Qu’entend-on par compétences dans ce référentiel ?

8. En faisant référence à la matrice GDE, que vise le REMC

Autoévaluation et coévaluation

Question choix multiple sans titre

  • Saisissez votre option de réponse ici
  • Saisissez votre option de réponse ici